J’ai participé au Moi(s) sans tabac !

Hello,

« Le tabac c’est tabou, on en viendra tous à bout! » vous connaissez tous cette réplique culte ?
Qu’on soit fumeur ou non, nous sommes tous touchés d’une certaine façon. Je me suis engagée aux côtés du Mois sans tabac afin d’encourager et sensibiliser mes proches et ma communauté par rapport à l’arrêt du tabac.


Cet article ne sera pas moralisateur, car on sait tous que fumer n’est ni bon pour la santé ni stylé. Cependant je me suis intéressée de plus près au sujet pour comprendre. J’ai réuni ici un ensemble d’informations que j’ai pu réunir durant plusieurs mois. J’ai pu interroger divers professionnels, tabacologues, nutritionniste, psychologue, étudiants, infirmières, sécurité sociale, sophrologues, fumeurs, anciens fumeurs, sportifs, et autres personnes engagées dans l’opération Mois sans tabac.

J’espère que cet article vous permettra de vous documenter et de vous donner envie d’arrêter de fumer.

Comment arrêter de fumer ? Est ce qu’il y a un remède miracle ?

=> Vous avez été nombreux à réagir sur les réseaux en disant qu’il ne fallait simplement pas commencer. Réponse pertinente, mais justement, comment commence t’on ?

Comment commence t’on à fumer ?

D’après des enquêtes sur les consommations, réalisées par l’IFSI qui ciblent les étudiants, les jeunes commencent à fumer avec l’environnement familial et l’effet de groupe.
Les marques et la pub ont aussi joué un rôle en rendant « cool » le fait de fumer. Même si beaucoup de choses ont évolué, il y a encore du travail.

« Je suis jeune, j’arrête quand je veux ! » (ou pas)

Après avoir discuté avec les étudiants de l’IFSI, voici les motivations principales des jeunes pour arrêter de fumer :

  1. Raison financière arrive en 1ère position. On se demande donc si la hausse des prix en dissuadera certains.
  2. La santé arrive seulement en 2ème position avec comme argument : « On est jeune on a le temps. » FAUX
    En commençant jeune, on a plus de chances de continuer à fumer en tant qu’adulte, avec tous les effets néfastes. On ne sent pas les effets tout de suite, mais ne n’oublions pas que le corps a une mémoire et lui, se souvient de nos excès.

Constat : on ne se préoccupe pas trop de sa santé quand on est jeune car en principe tout va bien. Mais on fini par le payer tôt ou tard, dans tous les sens du terme.

Voici 2 vidéos qui ciblent les jeunes, que je trouve particulièrement percutantes  :

Et même si on fume en ayant conscience de toutes les conséquences, on n’a pas envie d’arrêter. Pourquoi ?

« Est ce que j’en ai vraiment envie de cette clope, ou est ce que je peux m’en passer ? »

Les idées reçues

  • La chicha c’est moins dangereux : FAUX !
    Selon l’OMS, l’équivalent d’une heure de chicha correspond à 100 / 200 cigarettes.
  • Le combo pilule + cigarette = majoration du risque cardio vasculaire
  • Incidences sur la fertilité . Les femmes fument de plus en plus, ce qui a un impact direct sur le risque de fausses couches et d’infertilité.
  • Certaines femmes continuent à fumer pendant la grossesse. « 1 femme sur 3 continue à fumer y compris des drogues. »
    Conséquences : l’enfant fume directement et s’expose à de nombreux risques.

Ce qui peut aider à arrêter de fumer

Le sport

Le sport va être important pour se défouler, penser à autre chose pendant l’arrêt . Certaines personnes sont nerveuses à cause de l’effet de manque de la nicotine. C’est aussi un bon moyen pour se maintenir en forme . Attention tout de même à ne pas remplacer une dépendance par une autre dépendance . Même si le sport c’est quand même moins dangereux que le tabac. Il faut garder en tête, que ce sont pleins de choses qui se passent dans notre tête. Créer un équilibre englobe tous les périmètres !

La nutrition

Faire un régime ? Ou continuer à fumer pour ne pas prendre de poids ?

« J’ai arrêté de fumer, j’ai pris 6 kg »

J’ai pu discuter avec Thomas D’amico – diététicien / nutritionniste / maison de la nutrition (promotion de la santé pour améliorer le bien être avec l’alimentation). Voici un résumé de notre échange.

La culpabilité, la frustration peuvent faire prendre du poids. Le corps apprend à stocker plus. La solution n’est pas qu’alimentaire pour perdre du poids. Il faut donner du sens. Il y a l’éducation et la culture. Avec le système de récompense, le côté social, on arrête une addiction, donc on recherche une compensation.
On va donc se jeter sur ce qui est facile et légal : le gras, le sel et le sucre. Arrêter de fumer c’est bien mais il faut créer un équilibre . La nicotine agit comme un coupe faim. 5 à 15 kg perte ou reprise.

Comment créer un équilibre ?

Renforcer les choses qu’on aime faire. Identifier des solutions pour mieux gérer son stress. Diminuer les sources de stress. Identifier d’autres plaisirs dans la vie. Ce qui me plaît dans la vie ?

Éviter les régimes. Le problème n’est pas d’aimer le chocolat, la quantité nécessaire pour se rassasier . Culpabilité / baisse d’estime de soi , augmente le trouble. Redonner la bonne place aux aliments. Une vraie place du plaisir. Le craving : le tabac vous rempli d’une sensation de plaisir.

Solution ? Sophrologie .

Dans la logique d’arrêter de fumer …

Prendre soin de soi et s’évader.

Arrêter de fumer peut rendre nerveux. N’hésitez pas à tester des méthodes de relaxation.

Le massage amma assis

Une Méthode de Détente Corporelle et Mentale selon un Art Traditionnel Japonais d’Acupression.

Grossesse 🤰🏼 et tabac = mauvaise idée

Le saviez vous ? Encore des choses à faire mais ça évolue à ce niveau.

Parlons des substituts

Améli

Jusqu’au 31 décembre : plafond 150€  par personne et par an. On avance les frais.

Substituts Nicotiniques seront remboursés à 65% par la sécurité . Sur Prescription par des professionnels de santé .

Patchs, inhalateurs, gommes .

Infos sur ameli / MSA

Pour avoir des contacts, soutenir ou participer RDV sur le site officiel :

Saviez vous ?

  • Les infirmières peuvent prescrire des substituts au tabac
  • Comments ( 0 )

  • Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

TOP